Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Y a-t-il un salut pour les salauds ?

 100 1620

 

Alain Houziaux

pasteur de l’Église Réformée de France

 

 

19 novembre 2012

Quand on parle de salut, on pense tout de suite à la vie éternelle et au « paradis ». Mais le salut, c’est aussi découvrir la paix et la guérison alors qu’on se sentait perdu.
Le fait d’avoir été un salaud ou de s’être ressenti comme tel prédispose à la découverte du salut.
Ceux qui se convertissent à la foi et découvrent ainsi une vie nouvelle ont d’abord souvent connu une vie qu’ils rejettent.

Et pour ce qui est de la vie éternelle ? Dieu, nous dit l’Évangile (Mat. 13, 24-30), recueille la moisson de nos vies et la garde dans le grenier de son éternité. Mais heureusement, il ne moissonne pas tout. Il ne prend que le bon blé et laisse l’ivraie, et même chez le pire des salauds, il y a du bon grain. Le reste est laissé au feu, et c’est bien ainsi.

On peut aussi lire la parabole du Jugement Dernier (Mat. 25, 31-46) dans le même sens. Dieu, nous dit-elle, est à la fois juste et clément. Il fait le tri entre les bons qu’il accueille et les mauvais qu’il rejette. On peut comprendre que c’est à l’intérieur de chacun des hommes qu’il opère cette sélection. Pour les salauds comme pour les autres. Il ne garde en sa mémoire éternelle que les moments de tendresse et de repentir.

Dernier point. Le Credo dit qu’après avoir été crucifié, Jésus-Christ est descendu aux enfers. Qu’allait-il faire dans cette galère ? Selon la première épître de Pierre (1 Pi 3, 18-20), il est allé y prêcher à ceux qui y étaient emprisonnés à cause de leurs péchés. Il les a délivrés pour qu’ils rejoignent avec lui le ciel de Dieu. Ainsi le Christ conduit au ciel les païens et les « salauds » de toutes sortes.

Et j’ose espérer que Dieu sauvera même les chrétiens qui, bien qu’ils se réclament du message du Christ, continuent néanmoins, bien souvent, à rejeter les salauds.

 

 

Tag(s) : #Société

Partager cet article

Repost 0