Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

on-d-couvre-la-maison-de-magda---Valaine-fin-Mai-08-005.jpgVACANCES

 

Elles sont bien là ! Mais pour qui ?

On se réjouit de voir à la télé les grandes gares parisiennes bourdonner de voyageurs joyeux, malgré l’anxiété et l’énervement.

Par ailleurs il y a l’énorme exode sur les routes.

 

Soleil, lumière, chaleur, plages, bronzage.

Pourcentage énorme !

 

Soleil capricieux, horizon sans limite, pulsion permanente vers le haut, goût de l’effort, silence intérieur, rires et chants spontanés, air pur, beauté à vous couper le souffle.

Population plus rare !

 

Existent aussi les « campagnards ».Un repos paisible, de fraîches prairies, des rivières murmurantes, de beaux villages endormis.

 

Obligés de rester à l’intérieur quand le thermomètre affiche 36° à l’ombre, nous regardons parfois le Tour de France, non pour les coureurs, mais pour la vue aérienne des régions avalées à coup de pédales. Que la France est belle !

 

Vivons intensément ce temps de liberté ! de rencontres, de partage d’idées et de sentiments.

C’est notre jeunesse qui nous est rendue pour un temps bien court !

Allongés sur le sable, ou dans une prairie parfumée, ou bien calés sur un rocher sans confort, fermons les yeux et faisons défiler les flashs de nos temps d’allégresse : camps scouts, voyages en groupes, camps de reconstruction et de fouilles, vacances sous tentes avec les enfants émerveillés, congrès, universités d’été, colloques politiques culturels, religieux, ou artistiques…

 

Ou tout simplement étant enfant, notre premier contact en solitaire dans une famille accueillante, campagnarde, montagnarde, ou paysanne. Je parle en parisien. La situation inverse, ne doit pas laisser indifférent. De nombreux romans évoquent ces chocs de l’enfance quand tant de choses étonnent et font rêver.

Et les déménagements ! Décidés calmement, ou fruits de catastrophes…Notre vie est rarement une marche tranquille ! Plutôt une rando en montagne inhospitalière…

Heureux ceux d’entre nous qui ont pût échapper aux traumatismes de la vie par la conviction d’une mystérieuse présence divine. Hommage à ceux qui ont dû trouver en eux seuls, la force de relever la tête.

 

Les vacances ne sont-elles pas l’occasion de jeter un œillucide sur notre passé. L’insouciance de notre enfance ne pouvait qu’être éphémère. Devenus adultes, il nous a fallu encaisser les « coups durs », la trahison d’amis, des amours contrariés, des querelles subites, des déceptions imprévues. Mais aussi des victoires sur nous-mêmes, des engagements joyeux et courageux, des évènements heureux, une colline de « petits bonheurs ».

C’est la vie !

 

Parfois elle prend une coloration singulière. C’est ainsi que je ne peux que recommander la lecture de deux romans d’une américaine, dont le journal « Réforme » a parlé dernièrement.

L’auteure Marilynne ROBINSON publie deux romans passionnants, qu’il faut lire  dans l’ordre, pour ne pas s’y perdre. D’abord « GILEAD », puis « Chez nous », éditeur « Actes Sud ». On découvre que dans les années 50 existait aux USA un protestantisme piétiste, fondamentaliste, n’ayant rien à voir avec l’agressivité des sectes « évangéliques » qui prolifèrent actuellement dans le monde occidental, causant un tort considérable à la réputation des églises réformées , luthériennes et calvinistes.

Non là, c’est toute la quiétude et la nostalgie des cultes d’autrefois, dans les provinces rurales américaines. Les pasteurs sont de vrais prédicateurs travaillant leurs sermons des heures durant. Leur message est courageux, contraignant, lié à la vie de tous les jours.

Mais ces pasteurs-prophètes ont une épouse et des enfants ! qui subissent la pression permanente de l’œil des paroissiens. D’où des drames et une permanente résistance pour sortir d’une morale rigide, inadaptée à la vie moderne. Lisez ! C’est cocasse, émouvant, plein d’une humanité d’un autre âge.

Il existe aussi, hélas, une autre Amérique, violente, avide d’argent et de jouissances ; où les citoyens d’aujourd’hui qui se déclarent croyants à 90 % ! adorent dans des méga- églises » évangéliques, » des conférenciers doués pour l’envoutement psychologique et la captation de millions de dollars. Ces groupements de pseudo-chrétiens exercent une redoutable influence sur la politique américaine.

Pour aborder ce sujet scabreux, rien de plus efficace qu’un polar intelligent. Larry BEINHARD publie chez Gallimard « L’Evangile du billet vert ». On lit ce bouquin d’une traite, puis on prend peur ! On plaint OBAMA. Son humanisme peut-il faire le poids contre les gangs, la mafia, la corruption généralisée de la Justice, et une « omerta » imposée aux plus faibles ??

J’espère être excessif dans mes propos. Jugez vous-mêmes et parlez-en autour de vous.

On peut rougir (après avoir bien ri, c’est un polar !)d’une certaine face sombre et cachée de notre monde.

 

Comique et sinistre : écriteau fixé sur la grille d’une villa d’une localité de la Côte :

« ce chien couvre la distance niche-portail en 4 secondes. Si vous n’en faites pas autant, restez donc où vous êtes ! » Ö France, terre hospitalière !

 

Bon été. Salutation amicales.

 

9 Juillet 2010                 Jean  Hoibian

 

 

 

Tag(s) : #La vie tout court

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :