Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guérison du servite100 2201ur bien aimé, d’un capitaine romain

(Luc 7 / 1 )

 

Vainement Gorbatchev cherchait à s’arracher un cheveu, tant sa perplexité était grande. Natacha, sa secrétaire particulière, était gravement malade. Une dépression nerveuse l’envahissait, et elle en était à sa troisième tentative de suicide.

Etait-ce les grands changements intervenus dans la politique de l’URSS qui la plongeait dans le spleen ?

Etait-elle secrètement amoureuse de lui, quoique trente ans plus jeune ? Rissa l’avait-elle coincée dans un couloir, pour une explication orageuse ? Avait-elle des soucis familiaux ou de santé ?

Gorbatchev réfléchissait. Il pensait aux paroles de sa mère, sa vieille mamouchka qu’il adorait malgré sa stupidité à rester croyante !

« Miki tu oublies que tu mourras un jour, comme ton pauvre père.

Tes grands projets verraient le jour, si tu demandais au Seigneur de les bénir, de les corriger et de te donner sagesse et force. L’homme russe ne vit pas seulement de goulasch et de vodka ! »

C’est vrai que Natacha était malade, non dans son corps mais dans son esprit. Elle manifestait son mal être. Elle, si joyeuse, si active se laissait périr….

Gorbatchev sonna son garde du corps et lui demanda d’aller chercher le vieux Pope, au village de sa mère.

Or, il neigeait très fort, et le village était à 150 km de Moscou.

Le garde du corps fonça en auto à travers la campagne enneigée. Il arriva, tout excité auprès du vieux Pope et l’interpelle brutalement :

« Ô toi le vieux, tu es verni, le patron a besoin de toi ! Entre-nous je crois qu’il devient fou, mais silence !

Puisqu’il croit avoir besoin de tes fadaises, grouille-toi d’enfiler ta pelisse. C’est ton jour de chance !

Si tu plais à Gorbatchev, ton église pourrait bien être réparée et ré ouverte. Qui sait ? »

Le Pope interloqué, monte dans la limousine noire, surmontée d’un petit fanion aux couleurs du Kremlin.

Au bout de 50 Km, des motards arrêtent la voiture et remettent un message de Gorbatchev au Pope « 

« Ne te dérange pas pour rien, Pope. Le dieu de ta religion peut sûrement agir à distance. Ma mère me dit que tu obtiens des guérisons en priant simplement. De là où tu es, prends pitié de ma secrétaire Natacha ! Prie ton Dieu, non par peur de moi, mais parce qu’elle est jeune, et qu’elle ne doit pas mourir. Je te fais confiance ».

 

Le Pope laissa glisser trois larmes. Il pria longuement pour Natacha, pour Gorbatchev, et pour la sainte Russie.

«  Seigneur tu me fais entrevoir de grandes choses. Enfin ton nom est reconnu ! » 

Le chauffeur n’y comprenant plus rien, revint tout songeur à Moscou, après avoir ramené le Pope dans son village

« Tu peux rentrer chez toi, lui dit le planton. Natacha est guérie, et Gorbatchev a signé le décret autorisant les Cultes !

 

15 mai 2011             Jean  Hoibian.

 

Tag(s) : #Foi

Partager cet article

Repost 0