Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SORTIR de nos ROUTINES100_0309.jpg

 

Un vieil ami proteste : «  Changer le monde » dis-tu ! . Mais dans mon bled nous étions 14 personnes au culte, dimanche dernier. Moyenne d’âge : 75 ans. Alors… ? »

Je comprends son découragement. Dans certains coins de France l’ERF est en train de mourir. Alors il faudrait respecter cette agonie ?

 

Il se trouve que j’ai été amené à assurer des cultes dans une Maison de retraite, durant plusieurs années. Je sortais de quinze années d’aumônerie des prisons où mon message était plutôt vigoureux !

Allais-je devoir présenter à ces amis très âgés un évangile édulcoré ?

Je confesse que j’ai parfois choqué certains (mais ils ont persisté à descendre de leur chambre pour le culte). Avec la même vigueur qu’en prison j’ai évoqué l’Evangile aux prises avec notre monde moderne.

Et j’ai été étonné de l’intelligente compréhension de mes amis aux cheveux blancs.

Suis-je fou ou prétentieux ? Pourquoi aujourd’hui devant un auditoire réduit de personnes âgées, le pasteur devrait-il éliminer soigneusement tel ou tel problème de société, et limiter son message à l’annonce du pardon gratuit que Dieu nous accorde en Jésus-Christ ?

 

Nos paroissiens sont-ils si fragiles ? ne regardent-ils pas la télé ?

N’avons-nous pas à les aider à se situer, en tant que disciples de l’Evangile, et donc aussi de citoyens d’un pays ?

Est-ce si difficile d’expliquer calmement l’homosexualité ?, le projet du Gouvernement concernant le mariage pour tous (sans prendre parti), le problème de l’immigration et des demandeurs d’asile, la guerre au Mali, etc.. Avec son auditoire (même restreint) chercher ce que Jésus dans l’Evangile, dit sur ces choses, parfois en contradiction avec l’Ancien Testament. Et ensuite avec ces « deux ou trois », prier le Seigneur pour ces problèmes.

 

J’entends certains collègues me dire : annonces-tu l’Evangile ou la politique ? J’ai appris de certains professeurs ou Maîtres, dans ma jeunesse, à refuser la césure, et même à parfois renverser l’ordre habituel : partir des problèmes du monde pour aboutir à la Parole de Dieu. Finalement croire à notre responsabilité de chrétiens-citoyens et à celle de ceux que Dieu nous confie. Sans négliger, bien entendu, l’invocation à Dieu pour qu’Il éclaire nos intelligences.

 

De quoi parler dans nos paroisses ? Il y a trente ans certains lassés d’un message routinier ironisaient en disant : on parle de Dieu en excluant les problèmes dominants de l’existence : l’argent !, la sexualité !, et la politique !.

Des efforts méritoires ont été faits depuis, mais la pensée générale est que le Culte nous fait réfléchir à notre paix intérieure et notre avenir

d’après la vie. Or Jésus nous supplie de comprendre que «  le Royaume (le monde transformé) est pour maintenant ! »

 

A chacun de trouver une réponse. Je ne prétends pas avoir raison.

Penser et croire en toute liberté, affirment mes amis « libéraux ».

Je me retrouve bien dans cette devise. Et vous ?

 

29 Janvier 13                 Jean  HOIBIAN

 

 

Tag(s) : #Société

Partager cet article

Repost 0