Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

         O Dieu des grâces éternelles

                    

                      Je n’apprécie guère les paroles de ce cantique, mais son titre, oui, car la bonne nouvelle de l’Evangile y est incluse : le pardon illimité de Dieu. Alléluia !

 

 100_0484.jpg

               

           O Dieu des grâces éternelles, ce nom te convient bien !

           L’homme est perdu, lorsqu’il ignore ton Message,

           Il est comme un marin sans boussole.

 

Ton vrai nom, O Dieu, nous l’ignorons, et c’est bien ainsi, car, si nous connaissions ton nom, si nous percions tes secrets, nous serions tentés de t’enfermer pour faire de toi, une idole.

 

Par ton message, par ta parole immergée dans la Bible, nous savons que TU ES. Tu dis : » JE SUIS, JE SUIS QUI JE SUIS « .

N’insistons pas pour en savoir davantage sur Dieu.

 

Il est comme un souffle en nous, caché au plus profond de notre être.

Pourquoi voulons-nous qu’il nous ressemble ?

N’est-ce pas ridicule de parler de son physique ( son bras, son œil, ses pieds..), ou de son caractère ( jaloux, colérique, tout-puissant,..) ,ou de son adresse ( le ciel ? à quelle altitude ?)

 

Dieu est cette intuition, ce souffle, cette interrogation enfouis dans tout être humain. Il ne s’impose pas. Il attend.

Un jour, je veux comprendre le pourquoi de la vie ?, de la mort ?, de la souffrance ? de la joie ?, du plaisir ?, du mal ?

Alors je me tais, j’écoute, et il me parle. J’ouvre la Bible et peu à peu ma vie prend un sens, une raison d’être, une direction claire.

 

J’y rencontre les prophètes qui refusent les idoles et proclament que Dieu est amour et compassion. Ces prophètes qui ne me poussent pas vers une religion, des rites, des coutumes, non !

Ils me conduisent vers le plus grand de tous : Jésus de Nazareth.

C’est lui que le peuple juif attendait, c’est lui l’Oint, le Messie, le Christ !

 

Il a dévoilé le plan de Dieu pour l’humanité.

Il va m’appeler à devenir moi-même, ce que je suis réellement : un humain assoiffé d’amour, de justice, de paix.

Je vais changer de comportement. Par Jésus, vrai « Fils de l’homme » et vrai messager de Dieu, je vais voir la vie autrement. Je vais donner de l’importance à ceux qui m’entourent. Heureux en moi-même d’avoir quitté la rive de l’angoisse, de la culpabilité, de la hantise de la mort, je vais vouloir contribuer au bonheur de mon prochain.

 

Et je vais lire, relire, scruter, étudier, comprendre peu à peu LE MESSAGE caché, voilé, déformé, abîmé, par ceux qui ont pris le risque au cours des siècles, de le rapporter, de l’interpréter, de le traduire.

Immense effort pour chaque lecteur d’aujourd’hui. Fini l’oreiller de paresse !

Comment re-situer le texte dans la culture et l’histoire de ce petit peuple minuscule et méprisé d’il y a 2000 ans ?

Comment sauter de l’hébreu au grec, et du grec au latin ? trier parmi les apports de plusieurs civilisations et cultures concurrentes ?

Est-ce impossible ?

Non !, le Dieu de grâce vient à notre aide.

Les progrès accomplis par les historiens, archéologues, linguistes, théologiens, compensent partiellement le choc des civilisations et des croyances contemporaines .

Le Maître de l’intelligence humaine nous appelle à l’effort !

Il faut quitter la plage tranquille des croyances préfabriquées par 20 siècles d’enfermement dogmatique. Il faut oser lire les ouvrages libérateurs d’auteurs qui franchissent les frontières de nos Confessions de foi et de nos dogmatismes figés.

Des pans entiers de nos catéchismes s’effondrent, afin que puissent surgir dans le silence de nos méditations personnelles ou collectives la PAROLE LIBEREE.

 

Est-ce la fin de 20 siècles de réflexion et d’action, de prière et de méditation,

vécus dans nos églises, sous le regard de Dieu ? Certainement pas. L’œuvre accomplie est immense. Elle a marqué à jamais notre civilisation.

Mais une mutation culturelle s’est produite. Nous ne pouvons penser et croire comme autrefois. Il nous faut accueillir le souffle nouveau.

 

D’ailleurs la pensée de Dieu, elle-même évolue, nous apprennent les théologiens du « process ». Avec cette immense différence d’avec la nôtre, qu’elle n’est pas mépris et oubli du passé.

Ainsi le croyant désemparé aura tout son temps pour re-construire sa foi.

Car, là encore, le don gratuit de Dieu, c’est le souffle , l’éblouissement,l’autorité, d’une parole lue et reçue telle quelle et qui touche notre cœur.

Au-delà des risques de contresens, le texte peut parler « hic et nunc » car il n’est pas captif de nos recherches laborieuses. La parole n’est pas captive !

Elle s’offre à l’enfant comme au lettré, mais la vocation de l’enfant sera de devenir lettré, comme l’enfant de Nazareth imposa son exégèse aux docteurs de la Loi, du haut de ses 12 ans 

 

Plus tard, la grâce éternelle s’est posée sur le crucifié. Loin du tombeau, échappant au néant, le messie vit éternellement dans la conscience universelle des croyants.

Notre vie et notre mort sont prises en charge. Pourquoi aurions-nous peur ?

Pardon, paix, et lumière nous sont promis.

 

Reste le questionnement lancinant : combien de temps faudra-t-il à nos Eglises pour s’ouvrir à la quête d’une vérité pour aujourd’hui ?

d’une participation réelle à la pose de signes indicateurs du Royaume de Dieu SUR NOTRE TERRE.

Resterons-nous enfermés dans nos certitudes anciennes, nous opposant ainsi inconsciemment à la conversion du monde ?

Que ceux qui ont yeux et oreilles ouverts, parlent avec humilité et amour.

 

                 Jean   Hoibian

 

 

 

Tag(s) : #Foi

Partager cet article

Repost 0