Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

QUI  CONDUIT  LES  NATIONS ?

 Ecosse avril 2010 rochers (1)

Dans le monde, toutes les nations reconnues ont un mode de gouvernement.

Celui-ci est dictatorial ou démocratique, avec beaucoup de nuances.

Beaucoup de pays ignorent la démocratie qui s’affiche dans les nations dites

« occidentales ». Sans ignorer les faiblesses des régimes parlementaires, nous

autres, nous pensons que les peuples s’épanouissent mieux lorsqu’ils jouissent de libertés, et peuvent choisir leurs conducteurs.

 

C’est pourquoi nous avons plutôt soutenu les pays arabes qui aspiraient à la liberté. Mais réussiront-ils à repousser les partis dominateurs ?

Nous sommes indignés de ce qui se passe en Syrie, et nous souhaitons la victoire du peuple. Mais quel peuple ? Sept ou huit clans occupent le territoire.

 

Certains chrétiens se sentent concernés par la marche chaotique du monde.L’information diffusée par les médias témoigne d’un immense désordre, se traduisant par un océan de souffrance insupportable !

Dans les évangiles, dans la Bible, nous sommes sensibilisés à ce problème

de l’attitude des nations en référence au traitement des humains ,victimes de

l’incohérence de leurs chefs. (dans la Bible on les nomme « bergers ».)

Le prophète Jérémie stigmatise les « mauvais bergers ». Jésus, lui, ne critique pas , mais s’émeut de ces foules qui, de son temps, semblent égarées, en manque de (bons) conducteurs.

Nous ressentons de l’indignation et de la tristesse, comme Jésus, devant la situation épouvantable des citoyens écrasés par un régime de dictature, ou plus encore par un état de misère matérielle frappant hommes, femmes, et enfants !

 

Que pouvons-nous faire ? La diplomatie n’est pas notre tasse de thé ! Nous comprenons bien que la subtilité et la prudence sont de rigueur. La France ne peut provoquer les tyrans exerçant leur pouvoir sur des territoires immenses où les mafieux sont de mèche avec les forces policières et militaires. Nous abandonnons ces peuples asservis, accordant l’asile politique à quelques chanceux évadés.

Quant à notre position à l’égard de toute la misère économique, sociale, culturelle du monde « en voie de développement », elle se réalise d’une manière officielle proche de l’escroquerie par notre gouvernement et le Conseil de l’Europe (les subventions étant en grande partie récupérées par les Chefs de bande tenant lieu de gouvernement ),

 mais aussi, et c’est une action admirable !, par une multitude d’O.N.G., laïques ou religieuses. Il faut rendre hommage à tous ces « volontaires » qui mettent leur technicité au service de populations avides de survivre, d’être soignées, d’accéder à la culture et à l’autonomie.

Foules sans berger dit Jésus, Peuples opprimés par de mauvais bergers,

dit le prophète Jérémie !

J’aimerais dire ici mon admiration pour deux fortes associations chrétiennes engagées dans le combat pour le rétablissement de la dignité humaine, en Afrique, en Océanie, en Amérique latine : côté catholique, le CCFD, versant protestant : la CEVAA.Chacun de nous peut devenir « berger », en partant comme volontaire ou en donnant de son argent.

Je vois venir de mes lecteurs l’objection courante et pérenne : et la France ?

Ne doit-elle pas être prioritaire ? Nos bergers remplissent-ils correctement leur tâche en encourageant leurs fidèles à soutenir le Tiers monde ?

 

Les chrétiens de nos paroisses ont du mal à saisir l’ampleur du problème.

Jésus se déclare le bon berger, le bon conducteur, le chemin. Alors le comportement chrétien penche vers une grande méfiance vis à vis du monde de

la politique. Jésus étant « la vérité et la vie, » pourquoi accorderions-nous notre confiance à notre gouvernement n’affichant pas les valeurs évangéliques ?

En se repliant sur les seules espérances de la foi, les croyants désertent les

combats de la recherche politique et économico-sociale. Ils facilitent ainsi l’accession de « mauvais bergers », incapables d’assurer à tous les citoyens un juste épanouissement.

Jésus voulait-il cela ? Son évangile n’est-il pas un appel à l’engagement de tous au service de tous ?

Nourris par le dynamisme de son message et de sa vie, ne sommes-nous pas « boostés » à mettre notre intelligence et notre volonté à réaliser le plan de Dieu pour le bonheur du monde ?

 

23 juillet 2012                     Jean  HOIBIAN

 

 

 

 

Tag(s) : #Société

Partager cet article

Repost 0