Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qu’est-ce que j’ai fait au Bon Dieu ?

 Ecosse avril 2010 rochers (1)

Cette question s’exprime souvent, sous forme d’une plainte, dans la bouche d’une personne frappée par un malheur !

Elle révèle une situation de culpabilité latente. Dieu, celui du croyant et celui de l’incroyant, se venge, nous met à l’épreuve ou nous sanctionne ? Pourtant on le proclame plein de patience et d’amour…

 

Le cri vers Dieu peut prendre une forme collective : telle partie du globe est obligée de supporter un tremblement de terre, un tsunami, une inondation, un cyclone…La population très malheureuse se tourne vers le pouvoir divin et questionne :

Pourquoi ce cataclysme nous frappe-t-il ? pourquoi nous ? Notre peuple est-il plus coupable que d’autres ?

Le Dieu à qui nous demandons régulièrement aide, protection, secours, nous a-t-il oublié ? est-il impuissant ? ou indifférent ?

Souvent, la population accablée abandonne toute croyance en ce Dieu

inopérant.

La pire des situations est sans doute le conflit, la guerre, car aux mille dangers, s’ajoutent la haine, le racisme, la cruauté !

Chacun se replie sur lui-même et n’attend de Dieu qu’une protection personnelle ou familiale.

 

Toutes ces réactions révèlent une méconnaissance de Dieu. On le voudrait Tout-Puissant, Maître du monde, distribuant récompenses et châtiments au gré de ses humeurs !

Malheur à ceux qui se détournent de ses Lois, et s’affirment autonomes ! Dieu réclame obéissance, soumission, respect.

Si l’on poursuit ce raisonnement on aboutit à l’existence d’un Dieu-potentat à qui toute créature doit la vie, le bonheur, la richesse.

L’homme n’a qu’une dignité de seconde zone. La bonne conduite de vie consiste à gagner les faveurs de ce Dieu. Nous restons constamment sous la menace de notre bienfaiteur, craint  pour ses caprices !

 

La Bible nous révèle plusieurs visages de Dieu.

Dans le livre de la Genèse c’est le dieu tout puissant, créateur du ciel et de la terre. Comment ne pas être impressionné par ce personnage à qui l’on prête un comportement humain : on évoque sa voix, sa main, son regard, mais aussi sa sévérité, son droit de vie et de mort !

En face de ce maître la dignité de l’homme ne pèse pas lourd. Le peuple d’Israël s’est donné un chef, un conducteur, qui ne peut être qu’un Tout-Puissant, car il faut affirmer que c’est le dieu unique opposé aux divinités fluctuantes des peuples voisins.

 

C’est ce dieu qui redonne dignité aux grands personnages mythiques de l’Ancien testament, en proposant à ces quelques familles de migrants, une alliance, une loi (le décalogue) et tout un catalogue de principes moraux, religieux, liturgiques,(Lévitique, deutéronome)

L’homme est le vis à vis de dieu. Il lui doit soumission mais pas question de déroger à la Loi. Et pour renforcer la gloire de ce dieu tout puissant, les quelques familles nommées par le souverain, se persuadèrent que leur avenir était dans l’organisation d’un peuple mis à part, élu, appelé à une destinée glorieuse.

 

Heureusement les prophètes ont risqué leur vie pour ramener le peuple à la raison, à savoir que les israélites n’avaient qu’un avenir, qu’une vocation : faire partager par tous les humains, leur découverte du dieu unique, ami des hommes, proposant à l’humanité la venue d’un prophète qui leur accorderait pardon et vie nouvelle : Jésus !

 

Le dieu des prophètes n’est pas Tout- Puissant. On dit pour sortir de cette impasse, qu’il a volontairement renoncé à cette puissance

Comment expliciter cette abdication ?

Les théologiens nous proposent de comprendre l’œuvre de Dieu créateur, comme avant tout prioritaire vis à vis de l’être humain.

Voici l’étrange ! Dieu, que nul n’a vu, est une puissance d’amour.

Et cette puissance d’amour est l’opposé d’une autorité écrasante !

Nous n’apprenons cette bonne nouvelle qu’en voyant dans les Evangiles, Jésus le Fils de l’homme, parler, agir, vivre dans une communion parfaite avec Dieu qu’il appelle son Père !

Nous sommes loin du dieu de Moïse !, loin du fardeau pesant des commandements !, loin d’une destinée humaine emmaillotée !

 

Le Dieu de Jésus-christ, notre vrai Dieu, nous aime tels que nous sommes. Par son pardon inconditionnel il nous reconstruit, nous accorde une liberté et une dignité. Il nous veut debout, choisissant joyeusement le Bien qui est amour.

Ah ! certes les combats de la vie nous couchent parfois comme peupliers sous l’orage, mais la main du Seigneur nous remet debout !

 

Reste à croire en ce nouveau Dieu, quand la vie nous semble insupportable ? L’absence apparente du Dieu aimant nous déconcerte.

Où est-il ? Pourquoi n’agit-il pas ? Est-il mort, indifférent ?

 

Non ! Dieu aime tellement l’humanité qu’il la veut libre, responsable !

Il nous murmure ce message : « Ô homme, je t’ai fait à mon image, tu es l’objet de mon désir, j’accompagne ta destinée, mais je respecte tes choix. Sois un homme, un vrai. Trace ton chemin dans la jungle de la vie.

J’aime ton intelligence, ta volonté, ton courage ! Tu en fais souvent mauvais usage, mais je suis toujours là pour t’aider à te reconstruire.

Ô homme « choisis la vie », tu es mon vis à vis, fais moi honneur ! »

 

Dans le temps du malheur, nous nous croyons seuls, abandonnés, vaincus. Nous redoutons cette autonomie que nous assumons mal.

Mais, par la foi, nous sommes rejoints, soutenus, par le Dieu de Jésus-Christ. Ni dans la vie, ni dans la mort, il ne cessera son assurance au plus profond de notre cœur.

 

           5 février 13                       Jean HOIBIAN

Un petit livre m’a beaucoup aidé dans ma recherche du vrai Dieu :

« Le Dieu puissamment faible de la Bible », Etienne BABUT,

Le cerf, éditeur.

 

 

 

 

Tag(s) : #La vie tout court

Partager cet article

Repost 0