Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pâques 2012100 1983

 

Comment faire saisir en 2012 l’importance de la fête religieuse de Pâques ?

Les chrétiens, mais aussi les gens indifférents, ne sont-ils pas appelés à réfléchir, à réagir ? On me dit que Jésus est mort pour moi ? Je veux comprendre…

 

Il y a 2000 ans, un juif singulier a parcouru la Galilée et la Judée durant trois ans, se faisant reconnaître par beaucoup de ses contemporains comme un prophète de Dieu. Ses partisans l’ont décrit comme un saint, un homme irréprochable.

 Il aimait passionnément Dieu, qu’il appelait «  Père » Il aimait son prochain, sans aucune distinction.

Pourtant, suite à un procès scandaleusement injuste, il fut condamné à mort et exécuté.

La mission de Jésus était donc un échec qui a accablé tous ceux qui l’admiraient et l’aimaient.

Mais la mort n’a pas néantisé ce prophète. Ses disciples ont reçu la conviction qu’il était vivant d’une manière miraculeuse.

Plus fort qu’un pieux souvenir, le sentiment ressenti fut vraiment celuid’une nouvelle présence de Jésus, malgré sa mort, et cet accompagnement mystérieux ne fut pas éphémère.

 

Depuis 2000 ans tous les croyants affirment que Jésus, surnommé le Christ ( le Messie, l’élu de Dieu ) est vivant et ressenti comme tel dans leur existence.

La fête de Pâques est donc organisée en l’honneur de Jésus-Christ mort et ressuscité. Tous les chrétiens du monde (orthodoxes, catholiques, protestants) éprouvent de la tristesse, puis une grande joie dans cette période de l’année.

Peut-on résumer en disant : il s’agit de faire mémoire de la mort cruelle et injuste de l’homme de Galilée et, très vite se réjouir de sa

présence vivifiante !

 Pâques est donc une heureuse fête puisque tous les croyants peuvent bénéficier de l’accompagnement de cet homme exceptionnel .

 

Des questions surgissent :

Pourquoi Jésus a-t-il été condamné et mis à mort ?

Ses souffrances sont-elles différentes de celles de tant d’innocents assassinés ?

Pourquoi les croyants se sentent-ils responsables de cette erreur judiciaire et de cette exécution ?

Historiquement parlant, les responsables seraient plutôt les Autorités juives de l’époque et le Pouvoir Romain.

 

Deux dérives se sont infiltrées dans la pensée chrétienne, me semble-t-il.

Jésus serait mort en sacrifice offert à Dieu, afin d’apaiser son ressentiment, sa colère, Il exigeait une réparation de l’humanité révoltée contre lui. Jésus serait mort pour régler la dette. Mais comment croire que le Dieu d’amour se comporte en monarque vengeur et accepte comme victime le seul homme sans aucune faute ? Cela, je ne peux l’accepter.

 

Plus subtil , l’argument établissant un lien entre nos erreurs, nos fautes, nos échecs, et la mort injuste de Jésus .On a tenté de rattacher cette doctrine à la croyance du péché originel. Nous serions coupables par hérédité, des fautes obscures du couple mythique Adam et Eve ! Aberrant, non ?

 

Modeste proposition :

Jésus-Christ ne souhaiterait pas que nous attachions une importance métaphysique à sa mort, mais plutôt à SA VIE EXEMPLAIRE !

Durant trois années Jésus a réalisé le prodige de vivre en parfaite conformité avec Dieu. Par ses actes réels et symboliques et surtout par ses paroles, il a révélé au monde la vraie nature de Dieu et de l’homme.

Notre Dieu est un Dieu compatissant et miséricordieux qui connaît la nature humaine. Il nous pardonne toutes nos erreurs, gratuitement, inconditionnellement

Toute la vie de Jésus témoigne de cet amour illimité que celui que nous nommons Dieu, exerce à l’égard de tout être humain. Le plan de Dieu pour l’Homme c’est Jésus qui l’a révélé. Il le nomme curieusement : le Royaume. Il s’agit d’une vision prophétique et utopiste qui contredit les données de la Société et du Monde.

 

Contre le destin aveugle : l’Evangile de l’anti-fatalité ;

Contre la néantisation de la mort : la résurrection de tous nos jours et de notre avenir !

Contre l’orgueil, l’égoïsme, l’écrasement des plus faibles, l’individualisme jouisseur, la lâcheté :

 l’humilité, la tolérance, le partage, les combats pour la justice, la maîtrise de soi, le courage.

 

Pour avoir vécu pleinement ce projet de Dieu pour le bonheur de l’homme, Jésus est mort. Nous ne supportons pas la lumineuse perfection qui éblouit nos vies tachées d’obscurité.

 Les hommes d’hier, comme ceux d’aujourd’hui ne supportent pas les prophètes.

Jésus a mené son combat pour la vérité de Dieu et pour la justice jusqu’au bout. Nous l’aimons pour ce courage exemplaire. Nous croyons qu’il nous appelle à le suivre.

L’apôtre Paul donne réponse à notre difficulté à croire : « la folie de Dieu est plus sage que les hommes » ; « la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes »

 

Pâques ce serait peut-être, avant tout, l’acceptation de la nouvelle vie, projet de Dieu le Père et de Jésus l’élu du Père, pour l’Homme !

 

Vivre à contre-courant d’un monde corrompu !

Chaque jour dire non. Un non qui est un oui à l’amour !

 

L’Eglise serait l’assemblée de ceux qui veulent s’aider les uns, les autres à croire à la vraie vie, à l’amour fraternel, au refus de l’injustice, croire fermement qu’il est possible de dire non aux puissances mortifères, croire qu’un autre monde est possible,avec le soutien et le vécu de Jésus, le « Fils de l’homme ».

 

 

En cette période électorale, saurons-nous sortir de nos sommeils apeurés et égocentriques ?

 

              Jean   Hoibian.

.

 

. ^

Tag(s) : #Foi

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :