Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Matinale….

 

Ce matin, le vieux Georges se réveilla avec une vigueur devenue rare. Il ouvrit les volets de bois et découvrit que pluie et vent de ces derniers jours avaient disparu. Il faisait frais, des nuages assombrissaient le soleil levant.2011 avril parc floral de Paris (26)

 

Alléluia ! Avant même de plonger dans son cher jardin, Georges ouvrit sa Bible, y trouva matière à réflexion : le royaume de Dieu n’est guère visible sur cette terre de violence et de haine. Alors fallait-il verser dans la pensée de ceux qui l’attendent ce royaume, pour plus tard ? un royaume uniquement au futur ? dans un autre monde ? Le vieux Georges ressentait un malaise. La mort de son vieil ami Roger Parmentier l’avait peiné. Ce dernier annonçait le contraire : le royaume est là, dans ce monde, au-dedans de vous ! Et il prêchait l’urgence de revenir en arrière, de faire de nos vies des « contre-sens », des résistances aux  idoles du monde, des porte-voix pour l’espérance: Ohé les amis ! rejoignez les disciples du Fils de l’Homme, et vous connaîtrez le vrai bonheur !

 

Dans le jardin, il y avait le soleil de Dieu, un peu masqué par une légère brume. C’était beau à crier de bonheur.

Deux corbeaux poussaient leur cri lugubre. Georges ne prit pas au sérieux ce rappel du malheur du monde, de son désenchantement. Le monde est trompeur, il veut nous décourager, tout va mal. Pourquoi te lever vieil homme ?

 

Le tonneau de chantier attendait la fin des grosses chaleur ( interdiction de faire du feu, avait décidé le Préfet).

Georges mit le feu aux feuillages et aux vieux cartons. Une grosse fumée odorante s’éleva. Un vrai bonheur d’être imprégné d’une senteur de brûlé, d’avoir les yeux qui piquent. Quand il était enfant, le vieux jardinier était fou de joie quand son père l’autorisait à ratisser les monceaux de feuilles mourantes et à y mettre le feu. L’idée lui venait d’une sorte d’action positive conforme à l’ordre que Dieu souhaitait pour le monde. La Bible ne rapportait-t-elle pas cette fin du chaos, cette mise en place des éléments du monde, par le créateur de ce cosmos redoutable ?

L’homme n’est-il pas embauché dans ce nouvel ordre voulu par Dieu ?

Jardiner avec précision, cuisiner avec goût, chercher des solutions nouvelles sur son ordinateur, ou sur son microscope, assembler des autos dans une usine, etc.…Georges croyait à ce royaume de Dieu, annoncé et vécu par Jésus. Tous ceux qui agissaient dans le monde pouvaient le faire dans l’esprit d’un « autre monde ». Plantant son chevalet et saisissant la grosse scie à bois, le jardinier méditait sur son avenir : après ma mort connaîtrai-je les plaisirs subtils du jardinage ? Il songeait à sa vie professionnelle : bonne et mauvaise à la fois, mais structurelle d’un engagement dans la société. Quelles occupations après sa mort ?

Dieu nous appellerait-il à relativiser notre existence, à croire à un échec total dumonde ?

Concentré sur le sciage de ces grosses branches, prometteuses d’un joyeux feu dans le gros poêle hivernal, Georges sentait son cœur se remplir de reconnaissance : que sa vie débordait de joies, de satisfactions ! tant d’humbles travaux, tant d’engagements, de services, d’amitiés données et reçues ! sous le regard bienveillant d’un Dieu compatissant.

 

A tout homme est donné le bonheur de vivre. Encore faut-il être conscient de l’importance du vécu, du ressenti, de l’agir. Il ne faut pas gaspiller notre venue en ce monde.

En découvrant, en ressentant, l’immense gâchis dans lequel se complaisent tant d’humains, ne faut-il pas réagir avec lucidité, avec respect, pour lancer, par l’exemple, un appel : il faut sauver la planète bleue, il faut donner sa chance à tous les êtres humains, il faut construire un autre monde !

Immense et passionnant programme.

Le vieux Georges est fatigué, mais heureux. Le soleil brille avec éclat. La brouette est pleine à ras bords de bois coupé. Combien de temps avant le grand départ ? Et que penser de « l’après mort » ?

Sans réponse, le jardinier ferme les yeux sous la douceur du soleil :

Tout remettre entre ses mains. Le remercier d’avoir connu cette ébauche du Royaume, ici et maintenant.

                    27 sept 12                      Jean  HOIBIAN

 

 

Tag(s) : #La vie tout court

Partager cet article

Repost 0