Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les fréquentations de Jésus

Paroles et musique Noël Colombier

 

1- Tu fréquentais des gens sans importance,

Malades, sans argent ou sans réputation.

Marqués par la douleur, l'échec ou la malchance,

Rejetés par ce monde ou par la religion.

Il y avait d'abord des gens aux mains calleuses

Habitués à manier le rabot, le filet.

Des mendiants, des lépreux, pleins de gueux et de gueuses

D'une cour des miracles tu étais entouré.

Voici messieurs André, Simon-Pierre, Jacques et Jean

Ce sont des manuels, de simples artisans,

Un noce, des mariés qui se tiennent  par le bras,

Ils trébuchent un p'tit peu: ils rentrent de Cana.

Un peuple de lépreux

D'aveugles et de boiteux

Et même une belle-mère!

Son gendre Simon-Pierre,

Voyez comme c'est gentil!

Demande qu'elle soit guérie.

(Jn 1/35... 2/1... Mc 1/14-45)

 

2- Tu fréquentais des gens peu fréquentables

Des escrocs ramassant l'argent pour les Romains.

Tu entrais même chez eux, tu mangeais à leur table,

Ces gens étiquetés "pécheurs et publicains".

Puis des filles de rien, des paumées, des galeuses

T'approchaient, te touchaient, t'aspergeant de parfum.

Et tu n'éloignais pas la marmaille rieuse

Que l'on voulait chasser de devant ton chemin.

Voici monsieur Lévi, fonctionnaire des Romains

Et son collègue Zachée, comme lui, Publicain.

On n'aime pas beaucoup ces gens peu scrupuleux

Qui donnent à des païens l'or du Peuple de Dieu.

Marie, Suzanne et Jeanne

Manquait plus qu'ça: des femmes !

Y'a même, je vous signale

L'une d'elles (quel scandale!)

Qui a fait un métier

Dont j'n'ose pas parler.

(Lc 5/1-32; 7/36-50;8/1-3; 18/15; 19/1-10)

 

3- Tu fréquentais des gens de toutes tendances,

De gauche, du milieu, de droite ou bien d'ailleurs.

Celui qui pour son peuple rêvait d'une revanche

Te suivait aux côtés d'un collaborateur.

Tu parlais en public aux femmes, aux étrangères

Aux païens, aux Romains, même aux Samaritains.

Ainsi tu voulais dire que tous les hommes sont frères

Et que chez ceux d'en face, il y a aussi du bien.

Voici monsieur Simon, zélote, résistant,

A côté de Lévi, adjoint de l'occupant.

Une cananéenne mendiant, comme un p'tit chien

Un peu de guérison, comme des miettes de pain.

Un officier païen

Plus croyant qu'un "chrétien"

Une Samaritaine

Qui est tout étonnée

Qu'un Juif prenne la peine

Ainsi, de lui parler.

(Lc 7/1-10; Mt 3/13-19; 15/21-28; Jn 4/1-42)

 

 

4- Mais tu fréquentais aussi les notables,

Les riches, les docteurs et les pharisiens.

Tu ne les couvrais pas de compliments aimables

Mais on peut dire quand même que tu les aimais bien.

Tu aurais tant voulu que toutes leurs richesses

De savoir et d'argent et même de religion

Ne soient plus les grands murs de cette forteresse

Qui les rendait aveugles à tes grands horizons.

Le docteur Nicodème qui est bien disposé

Mais c'est dur de renaître, grandir, évoluer.

Un autre, jeune et riche, qui voudrait tant bien faire,

mai voilà qu'il a peur: il regarde en arrière.

Lazare, Marthe et Marie

Joseph d'Arimathie.

Des amis qui partagent

Leurs biens et leur argent

Et font preuve de courage

Dans les plus durs moments.

(Jn1/47; 3/1-10;7/50;19/39 Lc 7/36;10/38-42;11/37;16/1)

 

Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es

Mais qui es-tu Jésus?

Jésus.

 

¯¯¯¯¯¯¯

 

Tag(s) : #POESIE QUAND TU NOUS TIENS

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :