Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le royaume de Dieu

 

Le royaume des cieux

Les cieux ? un ailleurs, un lieu hors de portée humaine, un lieu où je ne suis pas, dans ce lieu ai-je une place ?

Dans ce lieu très éloigné du monde, serai-je autorisé à entrer ? à  séjourner ? sous quelles conditions ?

Mystère de ce royaume, nommé par ailleurs : royaume de Dieu.

 

Dieu. Un autre très grand mystère !

Quel Dieu ? l’être divin,indéfinissable, tout-puissant, Maître de l’univers, Saint, Unique,que je ne peux que craindre,car totalement différent de l’humain ?

 

Dieu, un roi, un souverain ? Mais nous sommes en république !

Je n’ai nulle envie d’être soumis (Islam) à un Dieu seigneur et maître.

 

Dans la bible, je trouve plusieurs figures de Dieu.

Dès les premiers récits de l’ancien testament Dieu est l’initiateur d’une alliance. C’est lui qui révèle à l’humain sa proximité. Il n’est pas bien défini par : »les cieux ».Certes il reste redoutable par son altérité,mais il n’est pas une divinité immuable, immobile,qui juge l’homme comme il gère toute parcelle de vie dans le cosmos.

 

L’alliance de Dieu avec l’homme est définitivement confirmée dans les ouvrages du Nouveau testament.

Le Dieu révélé par le Christ-Jésus est une puissance d’amour et de miséricorde. Jésus proclame deux bonnes nouvelles :nous sommes les alliés de Dieu, de sa seule initiative. Désormais nous ne serons jamais plus seuls,dans l’angoisse de nos impuissance et de nos échecs.

Je n’apporte rien dans cette alliance, sinon mon acceptation et ma reconnaissance. Alléluia !

Notre vie peut s’ancrer dans les paroles de cet allié puissant et bon.

 

Seconde bonne nouvelle : Dieu n’est pas absent de la terre. Le situer « dans les cieux », c’est mal percevoir le lieu privilégié de son existence. Dieu est dans le monde, Il est dans toute vie humaine. Dieu c’est notre répondant,l’enveloppe de notre « moi »,le souffle de vie qui sous-tend notre existence,celui qui nous entoure par derrière et par devant.

Nous avons acquis ces assurances par la vie exemplaire de Jésus.

Cet homme a parlé et agit comme aucun autre être humain ne l’a fait, ni ne le fera. Jésus « le fils de l’homme » a pleinement joué le jeu  de l’alliance avec Dieu, qu’il appelait son père, et dont on peut dire qu’il est devenu le fils adoptif.

 

Et ce Jésus parle du roi divin et de son royaume. Il a prétendu être le premier sujet de ce roi, si proche et si autre. Et dépassant les réalités orgueilleuses et tyranniques des royaumes humains, Jésus évoque le royaume de Dieu comme un état de paix, de joie, de bonheur et de justice !

 

Toute l’aspiration humaine depuis la nuit des temps se trouverait réalisée..

Le royaume ? : un autre monde, une autre terre, une autre vie pour tous !

Alors, pour accéder à cet autre monde, le sage, l’homme éveillé,dit Jésus, doit tout lâcher, tout quitter,faire le saut ultime,en tournant le dos à son ancienne vie faite d’aliénations et d’erreurs mortelles.

 

Là, se trouve ouverte la porte de la plus funeste erreur de la foi.

 

L’apôtre Paul qui n’avait pas vécu avec Jésus,est devenu, suite à une vision

foudroyante un irremplaçable propagandiste de la foi. Mais de quelle foi était-il animé ? Il ne connaissait les paroles et les actes de Jésus que par la tradition orale. Les évangiles n’avaient pas encore été rédigés et publiés. Paul a reçu du souffle divin la conviction que ce Jésus était le Christ, le Messie. S’appuyant sur les livres de l’ancienne alliance, Paul donne à la mort et à la résurrection de Jésus, les fondements de toute vie chrétienne. Et cette vie dont il rêve pour lui et pour les autres est entièrement polarisée sur la personne du Christ. »Ce n’est plus moi qui vit, dit-il, c’est Christ qui vit en moi ». Le but de toute vie chrétienne c’est d’imiter l’envoyé de Dieu. Et comme c’est impossible : »je fais le mal que je déteste.. », Paul annonce la grâce :Dieu nous pardonne gratuitement de ne pas faire sa volonté.

 

Nous devons vivre dans la vigilance et dans la prière, afin de nous rapprocher de la vie idéale de Jésus, pour accéder à notre mort au royaume éternel de Dieu.

 

Il me semble que pour Paul, la vie terrestre n’a pas beaucoup d’importance.Il exprime sa hâte de mourir pour rencontrer le Christ dans sa gloire.

Paul a-t-il compris l’incarnation comme valorisation de la vie humaine ?

A-t-il saisi la vision utopiste et lumineuse du Fils de l’homme : une autre manière de vivre ! d’autres valeurs que les préceptes rigoureux du légalisme juif ! des rapports humains, nourris, imprégnés,d’un contact permanent avec le Vivant !

 

Le royaume de Dieu hic et nunc ! Envisager sa vie dans la simplicité, la confiance, la joie partagée, le service des autres, l’amour !

Considérer l’existence comme un cadeau précieux. Apprécier chaque seconde comme importante et donc lutter pour sauver sa vie et celle des autres, tout en sachant qu’elle glisse de nos mains comme le sable de la plage..

 

Considérer l’Histoire humaine comme le rocher de Sisyphe, toutes les cultures, tous les arts, toutes les connaissances, appliquées ou non, comme le chantier commun des hommes et de Dieu.

 

Un jour, un soir, se coucher comme la chèvre de Mr Seguin, repu de découvertes, d’actions bonnes, de projets, et de désirs comblés ou non.

S’abandonner sans crainte, la main du Christ-Jésus serrant la nôtre.

Heureux ceux qui vivent ainsi et longtemps, ayant pris au sérieux le projet fou de l’architecte génial du nouveau monde. Projet inachevé à cause de la médiocrité humaine, mais dont les signes sont perçus par les yeux de la foi.

 

J’ai envie de poser la question : Paul a-t-il connu cette vie là ?

L’Eglise chrétienne a-t-elle enseigné cette voie là ?

Depuis 2000 ans le monde ne souffre-t-il pas mille enfers par l’erreur colossale consistant à ne parler d’un avenir heureux, d’un royaume de paix et de lumière, d’une nouvelle vie pour l’esprit humain, QUE dans l’avenir apocalyptique de la fin du monde ?

 

Est-il trop tard ?

Je pense que la patience de Dieu est sans limite.

Je pense qu’au travers de vingt siècles d’étouffement du divin évangile, dans des paroisses diverses mais toutes obsédées par la sécurité des rites, des dogmes, des peurs camouflées, je peux distinguer l’action humble et puissante des prophètes et des inspirés : François d’Assise, le curé de Bernanos, Martin- Luther- King,sœur Emmanuelle, « l’Augusta » de Roger Breuil,les prêtres ouvriers,Mgr Camara,(je cite en vrac..) et toute l’armée des humbles, des ignorés (sauf de Dieu !) qui ont donné de l’amour et de la paix.

 

Et si on se mettait à croire à l’autre monde, au nouveau royaume dont un humble berger est le monarque débonnaire ?

Et si on réinventait nos paroisses sclérosées ?

Et si, à l’image des Cercles silencieux préoccupés à contre-courant, des « sans-papiers », les chrétiens oubliaient un peu Paul, pour tenter d’écouter le pur évangile ?

 

Ma sœur, mon frère, le vrai « réveil » dont rêvent certains pour nos paroisses, ne serait-il pas plutôt un « éveil » des chercheurs du Dieu vivant ?

 

                       Jean   HOIBIAN

Tag(s) : #Foi

Partager cet article

Repost 0