Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE FIL RO100_0291-copie-1.jpgUGE

 

Je me retourne et je regarde loin, très loin, derrière moi.

C’est comme si le soleil projetait mon ombre jusqu’au bout de ce champ immense et nu.

Ma vie, ma pauvre vie cabossée, enlaidie par la vieillesse, fatiguée d’avoir trop parlé, trop pensé, trop agi.

 

L’homme nous rappelle la Bible n’est que poudre, cendre, herbe desséchée,

trace incertaine..

« Vanité des vanités, tout n’est que vanité. »

 

Il est donc présomptueux de parler de soi, de se raconter.

Sauf toutefois s’il s’agit de regarder son existence sous le signe d’un accompagnement mystérieux.

Et d’en tirer un grand désir de gratitude, de joie, d’émerveillement.

 

Le fil rouge tissé dans toutes les étapes de mon développement depuis ma naissance jusque dans ma vieillesse. De quel texture imputrescible est-il fait ? Qui lui a donné une robustesse illimitée ? D’où lui vient cette croissance sans panne qui ne s’arrêtera qu’avec mon dernier souffle ?

Pourquoi Seigneur de la vie ? Pourquoi moi ?

 

Du moment même où la sage-femme sectionna le précieux cordon vital qui me reliait à ma mère,un fil rouge se mit en route pour suivre chacune de mes heures, chacun de mes jours.

Merveille cette adoption par Dieu ! Unique cet amour accordé sans aucun motif ! Ce fil est rouge car c’est la couleur du sang de toute vie, et celle de l’amour plus fort que la mort.

 

Enfance inoubliable, avec des parents aimants, une fratrie chaleureuse.

Dans ce milieu croyant j’ai appris l’existence de ce fil rouge de l’amour divin. Il était bien à son aise ce cordon naissant.

 

Mais la vie vous fait quitter le monde magique de l’enfance, ce temps dont le regret ne nous quittera plus.

Et l’homme fait sa trace dans le monde de la lutte, des convoitises, des coups bas. Ainsi l’adolescent entend le message : « tu seras un homme mon fils ». Mon ancien passé me donne quelques vertiges.

Comment ai-je pût traverser tant de rivières sans pont,franchir tant de savanes obscures, tarir tant de larmes, me laisser envahir par tant de joies spontanées ? sans ton regard, ta main, Seigneur !

 

Je me questionne : pourquoi ces choix, ces refus,alors que mes yeux et mes oreilles n’étaient pas encore outils efficaces ?

Dans la vie, on croit décider. Et si nous n’avions pas la maîtrise de nos engagements ? Le fil rouge subit des tensions terribles, il est terni par nos fièvres, mais il résiste et nous sauve !C’est lui qui maintient notre existence parfois disloquée.

Ma vie d’homme fut marquée par des deuils, des maladies mortelles, les pièges de la guerre, les décisions difficiles concernant l’avenir.

Qui éclaira ma route, qui soutint mes pas incertains, qui m’appela à l’espérance, sinon toi Seigneur de ma vie ?

 

Et comment oublier l’immense volet de gratitude pour la rencontre d’une compagne, chair de ma chair, âme de mon âme,richesse de nos différences ; pour les enfants et les petits enfants, garants de notre résurrection. Et la petite poignée d’amis-frères et la chaude pochée des copains !

 

« Mon âme bénis l’Eternel et n’oublie aucun de ses bienfaits ! »

 

Moi, qui suis plus un homme de départ, que d’arrivée et de pose, tu m’as appelé à des engagements très divers au service des petits, des faibles, des « humiliés et des offensés » (j’en fus dans ma jeunesse..).

J’ai commis bien des erreurs, fait du mal sans le vouloir, traversé des périodes de grande souffrance, connu des nuits d’angoisse, douté de la survie de ce fil rouge du pardon et de l’amour de Dieu.

Mais les lendemains chantent !

Ce matin je veux témoigner de ma gratitude, et chanter ma joie d’enfant de Dieu, guidé, soutenu, éclairé, reconstruit, selon les promesses du Jésus des Evangiles.

                            Jean  HOIBIAN

 

 

Tag(s) : #Foi

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :