Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA  VIE  A-T-ELLE  UN  SENS ?

 on découvre la maison de magda à Valaine fin Mai 08 012

Un jour ou l’autre, qu’on soit jeune ou vieux, on se pose la question : qu’est-ce que vivre ?, pourquoi vit-on ?.

Et quand nous sommes dans le malheur, ou dans la déprime :ça rime à quoi de vivre ? ai-je envie de vivre ? de continuer à lutter pour vivre ?

Rapidement, en général, et c’est heureux, on écarte les pensées négatives.

 

Pourquoi aller droit au mur en me posant des questions redoutables ?

 

Je vis, c’est tout ! Existe en moi un instinct vital qui me pousse à refouler la mort.

Je vais donc chercher à vivre le mieux possible en puisant dans le comportement de ceux qui sont proches de moi (famille, copains, amis, relations, connaissances, gens de mon quartier, ou de la rue ) des idées de bonheur et de réussite.

 

Et, de mes choix de vie, vont naître mes croyances, ma religion !

Nous croyons tous en quelqu’un, en quelque chose. La liste de nos divinités est longue. Ce sont elles qui nous font vivre. Elles qui étonnent celui qui nous interroge, et dessinent en partie notre personnalité.

Le sport, l’argent, la réussite professionnelle, le  sexe, l’art, l’amitié, la nature, la télé, les médias, la politique, etc.…

 

Tous ces choix sont respectables. Le problème consiste à ne pas se laisser totalement envahir par eux. S’ils prennent trop de place, s’ils deviennent des idoles, nous risquons de perdre notre liberté intérieure. Le temps passe, sans que nous ayons pris le temps de réfléchir sur les questions essentielles : le mal, le malheur, la souffrance, et la mort.

 

 La maladie nous frappe, nous, ou quelqu’un de notre entourage ; la mort nous coupe d’un être aimé, la déprime fond sur nous suite à la perte d’un amour, d’un travail, d’un logement…

L’existence devient souffrance, solitude, angoisse.

Que faire ? vers qui se tourner pour reprendre pied ?

 

J’ai la chance d’être un croyant. Mais je n’ai nulle envie de clamer des vérités qui seraient comme des recettes de bonheur. Je sais trop par expérience combien les églises chrétiennes ont déçu en se détournant des problèmes du monde, et en fondant principalement leur message sur les promesses illusoires d’un bonheur obtenu au-delà de la mort.

C’est bien dans cette vie et pour cette vie, qu’il faut trouver des solutions.

 

Beaucoup, y compris dans les églises chrétiennes, ont montré que chacun de nous devait se soucier des autres, ainsi que de soi-même.

Jésus, se désignant lui-même comme « Fils de l’homme » a vécu en parfait accord avec ses paroles d’amour, de solidarité, d’humilité, de liberté et de joie.

Croire en lui ce n’est pas abandonner son histoire personnelle, abdiquer sa personnalité.

Non ! c’est vivre les yeux ouverts et les oreilles attentives.

 

L’homme n’a pas été programmé pour assumer seul son destin. L’angoisse intérieure qu’on ne peut refouler que partiellement dans sa solitude, peut être gommée par la confiance accordée au dieu de Jésus le Christ.

Un amour plus fort que l’échec et que la mort peut venir emplir notre cœur apeuré.

Notre vie prend sens. La vraie foi chrétienne n’est pas enfermée dans les églises, ni dans les Dogmes, ni dans les Rites, ni dans les liturgies….

 

Quatre petits livres sont au cœur d’une vie nouvelle offerte à tous ceux qui veulent prendre le temps de les lire et d’y découvrir UNE PAROLE ETONNANTE : LES EVANGILES !

Les avez-vous lus ?

Les lirez-vous ?

        Jean  HOIBIAN  

 

Tag(s) : #La vie tout court

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :