Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ETRE HEUREUX
100_0996.jpg

Chacun d’entre nous n’est-il pas secrètement à la recherche du bonheur ?
Pourtant nous savons que ce terme de bonheur est une illusion, qu’il n’y a pas de bonheur parfait. Nous connaissons tous des moments de bonheur parfait, mais ils sont fugitifs et vite
 recouverts par la toile d’araignée des ennuis, des déceptions, des soucis, des coups durs.
 C’est notre santé qui pose problème, c’est un deuil qui survient, c’est notre vie conjugale ou familiale qui connaît des turbulence, c’est notre vie professionnelle qui est menacée, c’est notre portefeuille qui baille..
Bref, nous avons souvent l’impression que la vie est lourde et terne. La dépression nous guette !

Si nous nous réfugions dans la télé, c’est pire ! Nous avons le choix entre la  majorité des programmes, d’un crétinisme affligeant, et des films U.S.A. de violence et de sexualité débile, ou alors c’est une plongée dans le monde réel marqué par les guerres, la famine, les dictatures, les déportations.

Moralement nous ne pouvons nous détourner des malheurs de la planète. Une part de nous-même accepte sa responsabilité, mais à condition de ne pas être noyé dans nos problèmes personnels.
Alors comment réagir, échapper à la sinistrose ?

En cette période de grand froid, de neige et de verglas ,
  j’ai envie de crier : réagissez ! faites quelque chose ! bougeons-nous ! croyons fermement aux « petits bonheurs
Ils existent, très diversifiés, mais ils tous de l’importance. Nous avons le devoir de les rayonner autour de nous, à défaut d’en parler par timidité.
Et tant mieux si vos petits bonheurs sont du registre de la douceur, de l’amour, de la compassion, de la beauté, de la poésie, de l’espérance. Le monde en a tant besoin !
Et moi aussi !Chaque matin quand je termine le « Notre Père » je rajoute, en puisant dans l’Evangile :  « car c’est à toi qu’appartiennent…., la douceur, la tendresse, la beauté, la joie, la liberté… », selon que mon cœur a soif de ces valeurs. Je varie à chaque fois et croyez-moi ça me fait un bien énorme ! Essayez, vous verrez !

Examinons les possibilités  : il y a la spiritualité qu’on nomme parfois la religion ou la foi. Je n’en parlerai pas cette fois-ci mais j’y crois. Le Dieu, la divinité, de toute religion, souhaite le bonheur de l’homme, et lui propose des solutions pour y parvenir. Mais le chemin est étroit car le cœur de l’homme répugne à s’y soumettre.
Est-ce de l’orgueil ? de la dignité mal placée ? « Besoin de personne.. » chante la vedette.

Il y a la sortie de son ego. Indiscutablement se tourner vers les autres, entendre leurs souffrances et tenter de les aider, est un chemin de bonheur, une libération !
 Dans notre pays le nombre de bénévoles est en pleine expansion. Saluons les bien bas et découvrons qu’ils sont très heureux de « servir ».
 Hier, au Cercle de silence, une dame s’approche de moi, qui distribuais nos tracts. Elle était accompagnée d’une fillette atteinte mentalement et après quelques mots d’explication, elle me dit : « c’est bien ce que vous faites, mais dans la vie on ne peut pas tout faire, moi je m’occupe des enfants comme celle-ci, et je suis heureuse de le faire.. »
Nous avons échangé sur le « sens » de la vie, et nous nous sommes retrouvé bien d’accord. La vie est souvent môche mais ceux que nous aimons sont beaux, grâce à notre regard.

Mais que dire à ceux qui sont noyés dans leur vie quotidienne, qui ne trouvent pas en eux la force d’aller vers les autres. Ceux qui sont en mauvaise santé,ceux qui se croient trop âgés, trop nuls, trop faibles ?
Je me hasarde à suggérer qu’ils doivent accepter d’être hors du coup pendant un certain temps. Et faire le point. Regarder, écouter sans envie, ceux qui agissent, qui résistent, qui chantent malgré les difficultés rencontrées. Puis ouvrir un œil sur le « tout près », celui, celle, ceux qui vivent dans leur proximité. Ma famille, quelle qu’elle soit, mais aussi l’épicier magrébin du coin, la concierge de l’immeuble, le facteur, la boulangère, le pharmacien.
Qui sont-ils ? que pensent-ils ? que croient-ils ?
Je peux les saluer, leur faire cadeau d’un sourire, leur dire un petit mot sur leur travail. Ainsi, ouvrir une petite porte de sympathie. Cela ne donne aucun résultat aujourd’hui, mais demain vous serez payé d’une confidence, d’un regard de connivence. Car après tout nous sommes tous des humains ayant la même valeur aux yeux de Dieu.
Ma petite vie de tous les jours va peu à peu devenir intéressante : je deviens un messager de bonne volonté, sans action visible et gratifiante. Tout le monde n’est pas l’Abbé Pierre ou Sœur Emmanuelle !
Avoir des attentions pour ceux de sa famille et de son voisinage, c’est souvent plus difficile que de partir au Congo !
                    Jean  Hoibian
 


Tag(s) : #La vie tout court

Partager cet article

Repost 0