Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AU CŒUR DU

PRINTEMPS, DES ORAGES

Tous les jours, de mauvaises nouvelles. Des usines annoncent fermetures et licenciements. Manifestations, occupations d’usines, Journée nationale dans l’unité syndicale, pour récla

mer l’intervention du gouvernement. Lequel semble dépassé et divisé.

Lorsqu’on essaie de se mettre dans la peau des licenciés, des chômeurs, des trav

ailleurs  « pauvres « on est saisi d’effroi. D’ici l’été une grande marée de détresse va déferler

.

On verra très lisiblement les trois France.

Le petit groupe des très riches qui continueront à « se gaver «  de revenus fabuleux, sans se soucier des très timides mesures que Sarko annonce qu’il va prendre ( en contradiction avec ses convictions profondes)

Le très important vecteur de la classe moyenne ( la petite, la demi riche et la riche ) qui va partir à la mer ou la montagne, en France ou à l’étranger.

Et la masse grandissante des « oubliés  «  de l’économie ». Ceux-là qui ne peuvent plus se nourrir convenablement, ni payer le loyer, ni se soigner, ni s’offrir le moindre plaisir.


Pouvons-nous accepter cette scandaleuse inégalité qui est à l’image du décalage entre le nord et le sud des pays séparés par la méditerranée ?

Notre conscience de citoyen français et d’Européen peut-elle fermer les yeux, ou se résigner , à une telle injustice ?


Je sais que l’économie est une discipline complexe et finalement très incertaine. Aucun des grands spécialistes ne propose d’ailleurs une solution claire.

Au-delà des colloques de technocrates de la finance, n’y aurait-il pas une démarche éthique à proposer à l’ensemble du peuple français. ?


Prendre conscience que la dette nationale est énorme et qu’elle compromet gravement l’avenir de nos enfants. Ils entreront dans la vie active avec sur les épaules une charge financière écrasante. Peut-on être heureux  quand on doit toute sa vie rembourser ?

Alors ? alors, inviter chacun à faire un effort de solidarité et de partage !


Est-ce impossible que ceux qui nous dirigent, montrent l’exemple en réduisant le train de vie de l’Etat d’une manière drastique ? Il y a pour chaque journée, des millions d’euros qui pourraient rester dans la tirelire française !


Ensuite, la situation nationale n’exige-t-elle pas que les Elus réduisent considérablement leurs salaires beaucoup trop élevés, et tous les avantages liés à leur fonction : ministres, députés et sénateurs, y compris les ministres européens !

Voilà qui aurait un impact très fort sur l’opinion publique très critique à l’égard des hommes politiques. Je suis certain que les françaises et les français  retrouveraient un sentiment d’appartenance à leur  pays où l’on proclame une devise de solidarité.


Et l’on verrait peut-être les Grands capitaines d’industrie, les Banquiers, les Vedettes de la télé, du cinéma, du sport retrouver dignité et conscience, en cessant d’accepter des « ponts d’or », véritable provocation pour les classes populaires ; Ils accepteraient aussi de payer de lourds impôts, n’entamant guère leur aisance scandaleuse.


Après tout, n’est-ce pas une solution de bon sens : dans une famille normalement gérée, on fait- très attention à ne pas vivre au-dessus de ses moyens. Pourquoi un Pays pourrait-il se sentir autorisé à dépenser bien au-delà de ses ressources ?

Je connais bien des citoyens qui seraient prêts à voir leurs impôts augmenter, même s’ils appartiennent à la classe moyenne, à  CONDITION QUE LES PRIVILEGIES SE SERRENT UN PEU LA CEINTURE. On verrait la dette nationale, d’abord ne plus augmenter, puis diminuer d’année en année.


C’est une question de morale publique et d’éthique individuelle.

Si rien n’est fait pour réduire la dette, ni pour amorcer une répartition des richesses, il ne faudra pas s’étonner si des actions violentes se déclanchent spontanément.

Qui sème la provocation, l’égoïsme, le mépris, risque fort de récolter la colère des «  humiliés et des offensés « .


Les chrétiens de tous bords ne devraient-ils pas prendre la tête de cette croisade de la solidarité ? L’Evangile n’est-il pas clair à ce sujet ?

On me répondra que les utopies spirituelles n’ont plus court. Je suis conscient de la trahison constante depuis 2000 ans, de l’Evangile du Royaume de Dieu. Le « Fils de l’Homme » déclinait les « Béatitudes ». Aujourd’hui les croyants tolèrent le pouvoir de l’argent, et l’indifférence au sort tragique de milliards d’humains.


Traitant «  des dérives du monothéisme « , Jean DANIEL, dans le Nouvel Observateur, analyse les contradictions des religions,  et dit son malaise. Il n’est pas le seul à trouver insupportable l’extension de l’intégrisme catholique et musulman et le fondamentalisme protestant évangélique. Mais pourquoi ne donne-t-on jamais la parole, dans les médias, aux penseurs Protestants Calvinistes et Luthériens ? Ne sont-ils pas porteurs d’une liberté religieuse affranchie du poids des dogmatismes sclérosés ?


Jean Daniel dans cet excellent article, cite le grand philosophe Paul Ricoeur, protestant engagé et fidèle : « Si vraiment les religions doivent survivre /…./ il leur faudra en premier lieu renoncer à toute espèce de pouvoir autre que celui d’une parole désarmée/…/ il faudra surtout, et c’est le plus difficile, chercher au fond même de leurs enseignements ce surplus non dit, grâce à quoi chacune peut espérer rejoindre les autres, car /…/ c’est en profondeur seulement que les distances se raccourcissent. ».


                           24  Mars  09                      Jean   Hoibian.


.



Tag(s) : #Société

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :