Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

undefinedMa première classe primaire. J'ai 6 ans.Mes copains sont presque tous passés par l'école maternelle.
Le B.A.BA ils connaissent déjà un peu, et je ne suis pas très dégourdi ! Alors la jolie maîtresse qui sentait bon, me prend sur ses genoux , à la sortie , pour que je fasse quelques efforts pour sortir de l'illétrisme!
Mes parents ne lui ont pas fait un procès pour détournement de mineur !!!!

Ma troisième classe primaire. Le jeune instituteur ne supportait pas les cancres. Les deux plus atteints étaient presque tous les jours frappés. Le Maître enlevait son ceinturon et toute la classe hurlait de plaisir chaque fois que les coups tombaient. Tous, sauf moi, qui ne risquait rien, étant devenu bon élève, mais que cette sauvagerie révoltait. L'instit a-t-il été sanctionné? Jamais entendu parler.....

Ma cinquième classe primaire. L'instituteur est un mutilé de la guerre 14-18. Son bras gauche est comme paralysé ainsi que sa jambe partiellement. C'est un enseignant de grande qualité. Nous l'adorons. Il nous raconte des histoires de guerre et des contes. Il souffre de son état pitoyable et ça le rend nerveux. Alors, quand il s'énerve après l'un d'entre nous, il nous gifle avec sa main raide et ça fait trois fois plus mal!!
Personne n'a déposé de plainte contre lui.

Ma dernière classe primaire. C'est celle du Certificat d'étude.Trente neuf élèves apprennent sous la terreur l'orthographe, le calcul et le reste. Le Maître passe sans cesse entre les rangées reserrées. Voit-il une faute insupportable, vu le mal qu'il se donne à mâcher la dictée d'une voix tonitruante, vlang ! la gifle nous colle la tête sur la table. Nos yeux découvrent vite la faute, sinon récidive de l'instit ! Au tableau, même méthode, nous avons tous fait des progrès rapides. A la fin de l'année, 37 reçus sur 39. Les deux recalés redoubleront jusqu'à ce qu'ils l'aient leur certif !!

Moralité : la Société a heureusement évolué. On ne frappe plus les élèves.
Mais ceux-ci, qui ont un langage aussi grossier que....nos parlementaires, ont presque le droit d'insulter un instituteur. Celà ne coûte que quelques jours d'exclusion. La méthode est rôdée : bien énerver l'instituteur, le pousser à bout et une insulte ! Deux fois sur 10 la maîtrise de soi de l'enseignant ne fonctionnera pas.
Les parents qui, autrefois doublait la mise, soutenant inconditionnellement le Maître portent  aujourd'hui, plainte, et voici au piquet (ou pire!) non l'enfant, mais l'enseignant.!!

Foi de Descartes, ça s'appelle marcher sur la tête, non? 

                                     2 Février 08                   Jean Hoibian
Tag(s) : #Société

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :